Assemblée générale du 6 juillet 2015

Philippe Rondel, le prédécesseur de Thierry Pinot, à la présidence du Cercle associatif aiglon handball, aura connu le vent arrière des années prénationales, avec un effectif, tous âges confondus, à plus de 200 licenciés.
Mais quand on vit un peu (beaucoup) loin de tout, les vents contraires (joueurs blessés, départs, absences de créneaux d’entrainement, études, etc) sont vite insoutenables. Il faut alors faire le dos rond avant de se recentrer sur « nos valeurs » comme le dira le nouveau capitaine à bord, en ouverture de la dernière assemblée générale, jeudi, en présence notamment, de Mme Chauvel-Trépied, adjoint aux sports de la Ville. Un rendez-vous suivi par un nombreux public intéressé aux débats engagés autour, entre autres, de la reconstruction sportive et… de la construction du nouveau complexe sportif, aux portes du gymnase Napoléon.
Encadrement
Dans un monde de plus en plus « consommateur, dira Thierry Pinot, nous devons nous battre contre cela et ne pas compter seulement compter sur un bénévolat », toujours plus sollicité. Après des années en contrat aidé au club, Jordi Fichet-Garcia, a obtenu son brevet professionnel (BPJEPS). « Nous allons créer un nouvel emploi (…) Pour l’heure, nous avons des pistes (…) Normalement, nous espérons solutionner ce problème pour la rentrée. » Ce poste sera organisé autour des équipes du club, du périscolaire et de la recherche de partenariat.
Financièrement
Le club est en bonne santé. Il devrait pouvoir compter sur des nouveaux partenaires, son rayonnement régional étant un très bon atout. « Une nouvelle ligne budgétaire a été créée pour prendre en compte l’importance du travail accompli par nos bénévoles. »
Ecole de handball
Une nouvelle fois labellisée (comme l’école d’arbitrage), elle reste un des socles « de notre club et son excellence est reconnue depuis de très nombreuses années. »
Bilan masculin
Comme chaque année, les jeunes enregistrent d’excellents résultats, la plupart des équipes évoluant en Région. Coté séniors, « comme il a été dit plus haut, nous nous sommes recentrés sur nos valeurs. Le groupe a connu nombreux départs et nous avons engagé qu’une seule équipe, cette saison, en Excellence. Celle-ci a obtenu son maintien. » Pour la prochaine saison, « nous travaillons à recréer, autour d’anciens, une équipe B. »
Bilan féminin
Côté jeunes, la création des moins de 13 ans est très positive. La mauvaise nouvelle vient du groupe sénior qui avait pourtant terminé 4e en Excellence régionale. Nombreuses joueuses, notamment chez les jeunes, ne seront plus là à la rentrée « et il a été décidé de repartir en départementale. Nous devrons y rester deux années, le temps de reconstruire, espérons-le, une équipe dont le projet sportif sera, de nouveau, ambitieux. »
Projets
La construction du nouveau gymnase va offrir de nombreuses opportunités « et nous restons très attentifs à tout cela. » Le pojet d’un classe handball « reste d’autant plus d’actualité », avec l’arrivée de ce nouvel équipement. À court terme, pour les seniors, « nous voulons retrouver la Prénationale, voire le championnat de France pour les filles. »
Licences
Les prix ne changent pas pour toutes les catégories. « Ce que nous demandons ne couvre même pas ce que coûte chaque licence au club. »

Quand Jordan rencontre... son ami Didier Dinart


Dans quelques jours, Jordan Heuzebrock, handballeur du Cercle associatif aiglon, va retrouver celui qui est devenu son ami, voilà quelques semaines. Retrouver un ami, c’est banal. Sans doute. Sauf que dans cette histoire sympa, contée aujourd’hui en quelques lignes, l’ami dont il est question n’est autre que le handballeur le plus capé de l’équipe de France, en l’occurrence Didier Dinart. « En fait, à la sortie de son livre, raconte Jordan,Didier Dinart a mis en jeu, sur son blog, l’un de ses maillots de l’équipe de France. Il y avait  un quiz avec des questions sur son livre. J’ai joué… »Et le garçon a finalement remporté le cadeau de l’international à l’issue d’un tirage au sort effectué entre celles et ceux qui avaient répondu avec justesse.
Depuis, Jordan a rencontré Didier. Depuis, Didier et Jordan ont sympathisé et le premier a même promis de s’intéresser de plus près au club de son nouvel et jeune ami. Peut-on imaginer Didier Dinart, un soir de match, à L’Aigle au gymnase Napoléon? Pourquoi pas. Ce n’est pas exclu. De toute façon, si l’on en croit celle qui veille sur la communication du numéro 3 défensif le plus célèbre de la planète hand, « il y aura prolongement ».
Une suite sympa qui passe par le prochain Paris-Chambéry. « J’y serai, raconte, tout sourire, Jordan. Et j’espère bien de nouveau avoir le temps et l’occasion d’échanger avec lui. » S’il pouvait le convaincre« de venir, par exemple, soutenir notre école, ajoute, Philippe Rondel, président du Cercle associatif aiglon, ce serait un vrai grand bonheur ! »

Quentin... ou la belle aventure nationale


Samedi 6 avril, le cœur béton du gymnase Napoléon résonne du chœur des parents et copains massés dans les gradins. « Quentin, Quentin !!! ». Une énième fois, le « grand » a gagné son duel. Cassé le bras du tireur ! Dernier arrêt et un nouveau match gagné… Ponctué d’un poing serré. Souligné d’un sourire à l’adresse de ses parents. Et d’un Mathieu dans les baskets du grand frangin.
« Très attentif »
Jordi, l’encadrant du groupe des moins de 16 ans, savoure. Son « serrurier », 1,86 m sous la toise a cadenassé la cage aiglonne.
De quoi écœurer les visiteurs. Il a mis ses partenaires dans le bon sens. Avec la manière et sans en rajouter, ce n’est pas le genre de la maison. Bien au contraire.
Quand il est au repos, notre taureau _ Quentin est né le 30 avril 1998 _ trimballe tranquillement sa grande attention. Une attention pour ce qu’il fait, « Je pense que l’une de mes qualités, c’est de rester très attentif » mais aussi pour les autres. Il la balade sans excès, sans rouler… hors des clous. Avec beaucoup de respect et d’humilité. En passionné de sports. De son sport et de ses valeurs.
« Avant je faisais surtout du foot. » Et puis le hand, « il y a trois ans », lui tape dans l’œil lors d’un tournoi tout en herbe, planté, par une belle soirée de juin, pas loin de la maison familiale. Le bonheur était dans le pré. « Je suis allé jouer dans les buts, comme ça. Et ça m’a pas mal plu ». Affaire conclue !
A l’horizon, ce jour là, le soleil couchant roulait comme un ballon. Comme la boule roule. « vers le bon numéro où elle s’arrête », raconte Philippe Rondel, président du Cercle associatif aiglon handball. Quentin signera sa première licence quelques semaines plus tard.
L’eau, depuis, a coulé en Risle. Et Quentin a coulé des jours heureux dans son club. Tout comme en sélection régionale, « avec laquelle il a remporté un sésame » pour la finale interligues les 8 et 9 juin prochains, en terre parisienne. Dans la foulée victorieuse, l’attendait une autre très belle surprise. « Quand j’ai appris ma sélection pour un stage national, à Boulouris, près de Saint-Raphaël, je n’y croyais pas. »
Les yeux du papa s’éclairent. Tout simplement de la fierté… et quelques mots pour bien comprendre qu’on est là aussi dans le bon sens : « Ce que je souhaite à Quentin, c’est avant tout de prendre plaisir et surtout de le partager. »
Tous les deux, lundi dernier, se sont dits « Au Revoir » sur le quai de la gare d’Evreux. Quentin, est parti quelques jours grandir là où la mer roule ses galets comme les plagistes les « r ».
Là où la grande, entre sieste et coup de chien, brode le sable d’un bleu azur. Ca tombe bien, c’est « ma couleur préférée ».
 
                                                                                                                                                               Jean-Yves FAINE.